LES BESOINS MEDICAUX DES PATIENTS IMPOSENT LA REPRISE DES ACTIVITES ET LA LEVEE DU PLAN BLANC ELARGI

Depuis la mise en place du plan blanc élargi le 13 mars 2020 et du confinement généralisé de la population française par le décret du 16 mars 2020, de nombreuses pathologies continuent d’évoluer mettant en danger les patients et, imposant à plus de 5 semaines de confinement, une réévaluation médicochirurgicale de chaque situation.

Le bilan provisoire de l’épidémie COVID-19 ne doit pas être aggravé par une morbi-mortalité due à des retards diagnostiques ou thérapeutiques pour de nombreuses autres pathologies, en particulier les maladies chroniques et les affections de longue durée.

La réévaluation des indications opératoires qui est du rôle exclusif du chirurgien et de l’anesthésiste est maintenant une nécessité absolue.

Aucune ingérence bureaucratique ne doit interférer dans la décision médicale. Ce ne sont ni aux agences régionales de santé, ni aux directeurs d’établissements de définir les besoins médicaux des patients, et de fixer les indications opératoires.

Le syndicat LE BLOC, premier syndicat représentant les chirurgiens, les anesthésistes réanimateurs, et les obstétriciens appelle donc les équipes opératoires de France à une reprise raisonnée et sécurisée des activités médicochirurgicales.

Cette reprise doit s’effectuer :

- dans le respect strict de filières COVID+ et COVID-, nécessitant des moyens matériels et humains spécifiques

- en garantissant toute sécurité nosocomiale pour les patients

- en proposant un dépistage virologique des patients les plus à risque ainsi que des soignants

- en garantissant la protection sans faille des équipes soignantes

- en garantissant la réversibilité rapide de toute programmation

- en respectant les capacités et les moyens des services de réanimation

- et en portant une attention particulière aux patients les plus à risque (obésité, diabète, pathologies cardio-respiratoires…).

Cette stratégie sanitaire reposant sur des critères médicaux précis pourra être malheureusement mise en difficulté par l’insupportable pénurie de moyens gérée de façon étatique.

La mobilisation des équipes opératoires (Chirurgiens, Anesthésistes-Réanimateurs, Obstétriciens) reste totale pour éviter toute aggravation de la mortalité et toute perte de chance pour les patients. 

 

Dr Philippe CUQ, Président de l’UCDF, coprésident du BLOC

Dr François HONORAT, Président de l’AAL, coprésident du BLOC

Dr Bertrand de ROCHAMBEAU, Président du SYNGOF, coprésident du BLOC

Dr Gabriel SAIYDOUN, Président du CNJC- Jeunes Chirurgiens

 

 

 

 

INTERVENANTS

- Dr Philippe CUQ, Président de l’UCDF, coprésident du BLOC

- Dr François HONORAT, Président de l’AAL, coprésident du BLOC

- Dr Bertrand de ROCHAMBEAU, Président du SYNGOF, coprésident du BLOC

- Dr Gabriel SAIYDOUN, Président du CNJC- Jeunes Chirurgiens

 

OBJECTIFS

Retour d’expérience et propositions sur la situation sanitaire depuis le déclenchement du plan blanc le 13 mars 2020

-Impacts humains, organisationnels et économiques

-Reprise d’activité des blocs opératoires
 
SITUATION SANITAIRE
- –« PLAN BLANC ELARGI » sur tout le territoire à partir du 13 mars 2020 toutes les interventions programmées dans les hôpitaux et les cliniques ont été annulées
–- Décret du 16 mars 2020 : confinement avec déplacement pour raisons médicales autorisées
- –Urgences chirurgicales et perte de chance par délai : cancérologie
- –Évaluation des patients au 15eme jour du confinement
–- Réévaluation des patients, des indications opératoires et des thérapeutiques au 30eme jour pour toutes les spécialités médicales et chirurgicales
- –Problématique des affections longue durée, surveillance des cancers, pathologies évolutives cardiovasculaires, pathologies ostéo-articulaires, ophtalmologie…..
- –Retard diagnostique et thérapeutique entrainant morbidité et mortalité
 
ANESTHESISTES - REANIMATEURS
- MAR à la Une du TIME !
- 3200 MAR libéraux
- Augmentation des capacités en lit , coopération public/privé en particulier grand est et ile de France
- Mobilisation des MAR et des équipes soignantes sur tout le territoire
- Travail à haut risque non rémunéré dans le libéral et souvent oublié dans les remerciements des pouvoirs publics
- Pas de discrimination public/privé pour la prime COVID
- Reconnaissance officielle
- Participation active à la réforme du système sanitaire
- Stop à la bureaucratie et aux diktats administratifs des ARS
 
OBSTETRIQUE
- –En France: 133.000 accouchements pendant les 2 mois de confinement, 7jours/7, 24h/24.
- –Pas de moyens pour différencier les patientes asymptomatiques COVID +/-: toute accouchée doit être considérée comme COVID+.
- –Risque majeur de contamination du personnel soignant au début mal protégé : échographie et accouchements.
- –Isolement mal vécu mais nécessaire de la mère pour limiter le risque, filières spécifiques pour les patientes symptomatiques.
- –Risque maternel de SRAS au 3eme trimestre et Obésité.
- –Risque fœtal et néo-natal mal connu, pas immédiat.
- –Séjours courts et retours précoces à domicile avec suivi par SF.
 
JEUNES CHIRURGIENS
1- Implication massive des jeunes chirurgiens dans la crise sanitaire
2- Prime COVID sans discrimination pour tous ceux qui ont participé
3- le plan blanc élargi a bouleversé l’activité et la formation chirurgicale et nous devons préparer la reprise des activités chirurgicales
 
REPRISE ACTIVITE MEDICO-CHIRURGICALE

LES BESOINS DES PATIENTS DOIVENT GUIDER LA REPRISE DES ACTIVITÉS

Les Indications opératoires doivent être RÉÉVALUÉES, elles sont posées par le chirurgien et l’anesthésiste-réanimateur et NON par l’ARS ou le directeur l’établissement

- Tous les soins urgents
- Tous les soins non urgents mais qui ne peuvent pas attendre jusqu’au 11 mai sans perte de chance ou menace le pronostic fonctionnel
- Toutes les activités de diagnostic, dépistage et consultation permettant d’éviter tout retard (ALD, maladie chronique

 Il faut être vigilant:

- Capacités de réanimation-Moyens nécessaires si reprise épidémie
- Pas de liste de chirurgie / bénéfice/risque, situation évolutive
- Garantir la réversibilité rapide de toute programmation
- Organisation stricte des filières covid+ et covid- (moyens matériels et humains)
- Développement des tests virologiques
- Protection des soignants
- Attention aux malades les plus à risque (obésité, diabète, HTA…)  
 
SOUTIEN AUX ENTREPRISES

1 – Prime COVID à tous les soignants qui ont pris en charge en présentiel (et non en actes de télé consultation) des patients COVID durant toute la durée du plan blanc élargi

2 – Dédommagement par l’assurance maladie pour aider à la survie des entreprises libérales durant toute la durée du Plan blanc élargi et en rapport avec les économies faites par l’assurance maladie par rapport  à 2019

 

SOIGNANTS CONTAMINES

Situation méconnue et chiffres instables

Pétition DGS

Chiffres CARMF : 4000 médecins libéraux contaminés et en arrêt maladie donnant lieu aux indemnités journalières, beaucoup ont été contaminés pauci symptomatiques ou porteurs sains ( x 10 ???)

16 morts officiels, 9 étaient en cumul emploi/retraite et 7 en activité

Maladie professionnelle ? Indemnités et fond ayant-droits

Et tous les soignants libéraux et soignants dans les établissements publics et privés, médico-sociaux et EPHAD 

Chiffres étrangers  : 1604 16,2% des cas sont des « critical key workers » NHS

25/03 Espagne 6500 soignants (13,6%) Italie : 150 médecins morts.

Chine 3300 (?) soignants (4%) 10 morts

Il faudra faire des comptes précis

 

 

 

 
 
 
 
 
 

UCDF - PREMIER SYNDICAT CHIRURGICAL FRANÇAIS
MEMBRE FONDATEUR DU SYNDICAT REPRÉSENTATIF LE BLOC UNION AAL-SYNGOF-UCDF

UCDF - Union des Chirurgiens De France

9 rue Ernest Cresson - 75014 PARIS
Tel: 01 45 42 40 40