06/03/2012 - Dépassements d'honoraires

Dépassements d'honoraires : réactions de l'Union des Chirurgiens de France

60 millions de consommateurs a publié le 22 février un article sur les dépassements d'honoraires pratiqués par les chirurgiens de l'hôpital public . L'assurance-maladie s'est appuyée sur cet article repris par le Parisien du 23 février pour porter une charge contre les dépassements d'honoraires à l'hôpital public mais également en médecine libérale et tenter de se faire autoriser à sanctionner les praticiens dont elle estime les tarifs excessifs sans passer par le conseil de l'ordre accusé de laxisme. Le conseil de l'ordre s'est vivement défendu, accusant à son tour l'assurance-maladie de ne pas faire remonter les informations nominales nécessaires pour qu'il intervienne.

L'impact médiatique a été important. L'Union des Chirurgiens de France (UCDF) a été largement invitée à y participer. Les chirurgiens hospitaliers se faisant ce jour-là assez discrets, ce sont surtout des chirurgiens libéraux exclusifs qui ont été interrogés.
•Débat sur Europe 1 en direct entre Philippe CUQ (chirurgien libéral, président de l'UCDF) et Étienne CANIARD (président de la Mutualité française)
•Interview en direct sur BFMTV Dr Xavier Gouyou Beauchamps (chirurgien libéral, sec gén de l'UCDF)
•Reportage sur FR3 avec interview de Philippe BREIL (chirurgien libéral, UCDF)
Débat sur Europe 1 en direct entre : interview en direct sur BFMTV reportage sur FR3 avec

Philippe CUQ

(chirurgien libéral, pt de l'UCDF)

Dr X. GOUYOU BEAUCHAMPS

( sec gén de l'UCDF)
interview de Philippe BREIL (UCDF)

et Étienne CANIARD

(pt de la Mutualité française)

En réalité, les dépassements pharaoniques de quelques professeurs parisiens ou de la région PACA permettent à l'assurance-maladie d'éviter que n'apparaisse au grand jour son écrasante responsabilité dans le déremboursement rampant de la chirurgie, par blocage indéfini des tarifs sécurité sociale : qui sème le déremboursement récolte le dépassement.

Car c'est un fait : l'organisme chargé de financer la chirurgie et de fixer les tarifs de remboursement a laissé délibérément les tarifs des actes en déshérence. De façon incompréhensible, alors que la chirurgie était considérée comme une activité essentielle, remboursée à 100% du tarif de base (le médicament ou la consultation ne le sont qu'à 70%) l'assurance-maladie a pratiqué comme si elle souhaitait ramener le taux de couverture des actes chirurgicaux à celui des prothèses dentaires. Et la mutualité rechigne à participer.

Si ni l'assureur obligatoire ni les assureurs complémentaires ne veulent payer pour la chirurgie, il y a effectivement un gros problème.

Sanctionner déconventionner ou pendre quelques chefs de service de CHU à l'égo taillé large ne le résoudra pas.

23/01/2012 - Dépassements d'honoraires : le syndicat Le BLOC est prêt à rencontrer les candidats à l'élection présidentielle

Communiqué de presse du syndicat Le BLOC Lundi 23 janvier 2012

Dépassements d'honoraires : le syndicat Le BLOC est prêt à rencontrer les candidats à l'élection présidentielle

Pour l'élection présidentielle, les dépassements d'honoraires constituent un des thèmes majeurs du débat sur la santé : Nicolas Sarkozy et François Hollande ont fait la semaine dernière des déclarations sur son encadrement.

Le syndicat LE BLOC, qui regroupe 60% des chirurgiens obstétriciens et anesthésistes, spécialités pratiquant la moitié des compléments d'honoraires, rappelle inlassablement la déclaration de Xavier Bertrand le 27 octobre dernier à l'Assemblée Nationale : "Pourquoi aujourd'hui est-on confronté au problème des dépassements ? C'est parce que pendant des années, droite et gauche ont fermé les yeux sur les non-revalorisations régulières et conséquentes tandis que se développaient les dépassements." Ce diagnostic du ministre a été confirmé en séance par des élus socialistes.

Les compléments d'honoraires ne sont que la conséquence du retard tarifaire colossal des actes de chirurgie et d'anesthésie : ce tarif a été bloqué par l'assurance maladie depuis 1980, donnant une revalorisation moyenne de moins de 10%.
Ainsi, les tarifs chirurgicaux opposables ont perdu la moitié de leur valeur en trente ans. Or pendant toute cette période, les charges professionnelles, le coût des exigences de qualité et de sécurité, le coût de la pratique, le coût de la vie ont explosé.

Dans les conditions actuelles, le recours aux compléments d'honoraires est donc incontournable. Leur simple encadrement, sans revalorisations régulières et conséquentes des tarifs de base, aggravera l'abandon des activités astreignantes et à forte responsabilité. Elle aggravera les déserts chirurgicaux et obstétricaux.

Depuis des années, le syndicat Le BLOC a fait des propositions pour réguler les compléments d'honoraires et revaloriser les tarifs de l'assurance-maladie. Le BLOC est prêt à participer à des négociations sur ces thèmes. Aussi, il s'étonne que les déclarations politiques coïncident avec son exclusion par l'assurance-maladie des négociations conventionnelles qui se déroulent à la CNAMts sur ces sujets.

Le syndicat Le BLOC :
•demande au Président de la République d'intercéder pour permettre sa participation aux négociations
• propose à François Hollande de le rencontrer pour aborder le sujet des compléments d'honoraires.

Dr Jean MARTY Dr Philippe CUQ Dr Georges MOUYSSET
Sec Gén SYNGOF Président UCDF Président AAL

UCDF - PREMIER SYNDICAT CHIRURGICAL FRANÇAIS
MEMBRE FONDATEUR DU SYNDICAT REPRÉSENTATIF LE BLOC UNION AAL-SYNGOF-UCDF

UCDF - Union des Chirurgiens De France

9 rue Ernest Cresson - 75014 PARIS
Tel: 01 45 42 40 40